Sahara occidental : l’éternel conflit

Les chroniques d Olivier Nottale / société / 07/06/2021

Ces jours-ci le Maroc reproche à l’Espagne d’accueillir pour raisons de santé le chef du Front Polisario, le royaume utilise les migrants pour se venger. Nous apprenent quelques dépêches de l’AFP relayées par quelques médias intéressés par ce sujet.


« Certains étaient en maillot de bain. D’autres en T-shirt, trempés. Ce sont surtout des hommes jeunes, dont au moins un quart de mineurs. La plupart marocains, mais aussi originaires d’Afrique subsaharienne. Plus de 8 000 auraient franchi illégalement – beaucoup à la nage – la frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Ceuta, qui fait face à Gibraltar. Pénétrant ainsi… dans l’Union européenne.


Tout comme la Turquie d’Erdogan et la Libye post-Kadhafi l’ont déjà fait ces dernières années, Rabat a « ouvert les vannes » depuis le 17 mai, laissant ainsi « déferler » des milliers de migrants vers le territoire espagnol. Objet de son mécontentement ? L’accueil pour raisons de santé dans un hôpital du nord de l’Espagne de Brahim Ghali, président de la République arabe Sahraouie démocratique en exil (RASD) et chef du Front Polisario, le mouvement luttant contre la colonisation marocaine depuis 1975 de l’ex-colonie espagnole.


Madrid a immédiatement envoyé des forces de sécurité supplémentaires dans ses deux enclaves, permettant de « renvoyer » tout de suite 4 000 de ces migrants en territoire marocain. L’accueil « sanitaire » en Espagne du chef du Polisario intervient suite à des mois de tensions avec le Maroc et à la rupture du cessez-le-feu en novembre, après que le Maroc a tenté d’imposer par la force un point de passage vers la Mauritanie, sous contrôle sahraoui selon les accords de cessez-le-feu de 1991, signés sous l’égide de l’ONU. Le Maroc continue ainsi de vouloir passer en force. À l’encontre du droit international. Et dans une pure logique coloniale. »


Un peu d’histoire :
L’histoire du Sahara occidental est celle d’un territoire désertique peuplé par des tribus nomades, qui n’a jamais été organisé en État-nation. Elle est intimement liée à celle de ses voisins, le Maroc, la Mauritanie et l’Algérie. Après quelques tentatives infructueuses au XVe siècle, les Espagnols en font une colonie entre 1884 et 1975. À la suite du désengagement de l’Espagne en 1975 (date de la mort de Franco) qui abandonnait ce territoire sans procéder au référendum du Peuple sahraoui pour lequel elle était mandatée par l’ONU, le territoire était militairement envahi et annexé par le Maroc et la Mauritanie ; le Front Polisario, un mouvement indépendantiste, entreprend une lutte armée. Le Sahara occidental est aujourd’hui un territoire non autonome selon l’Organisation des Nations unies, revendiqué par le Royaume du Maroc et la République arabe sahraouie démocratique ; son statut définitif reste en suspens depuis le cessez-le-feu de 1991.
Le conflit du Sahara occidental oppose donc cette ancienne colonie…




(à suivre…) lundi 7 juin 2021 - 10h20 / 17h15



O.Nottale