Halte à la stigmatisation des riches

Human Bashing / société / 08/03/2021

Je dois dire que j’en ai un peu assez de cette stigmatisation. Certes, j’ai acheté un nouveau 4 x 4 l’année dernière, vu que je n’arrivais plus à enlever la boue sur le pare-buffles du précédent, à force de multiplier les rallyes avec les copains sur les sentiers forestiers de la montagne cévenole. Certes, j’ai acheté un réfrigérateur américain, qui me permet d’obtenir en quatorze secondes un bon kilo de glaçons, mais avec une consommation électrique qui, je dois le reconnaître, n’est pas négligeable. Certes, ma femme, mes deux enfants et moi sommes allés l’an dernier aux Maldives, une dictature musulmane cela dit très propre dans les rues, mais ma femme et moi, on s’était dit que c’était un bel endroit pour apprendre à nager au petit dernier.



Mais de là à écrire, comme le font l’ONG Oxfam et le think tank Stockholm Environment Institute, que je fais partie des 1 % de la frange la plus riche de la population, qui émet deux fois plus de gaz à effet de serre que la moitié la plus pauvre de l’humanité, cela me paraît largement exagéré. L’étude faite par ces deux ONG, ONG valant pour organisation non gouvernementale et non pour on naît pour gagner, comme je le croyais, se focalise sur les années 1990-2015 pendant lesquelles, je m’en souviens, j’ai changé quatre fois de voiture et trois fois de téléviseur. Sur ces 15 années, les auteurs ont analysé les émissions de CO2, les dits gaz à effet de serre, de 117 pays, et découverts, pour vous le faire simple, que les 10 % les plus riches de la planète ont produit 52 % des émissions de CO2, et les 50 % les plus pauvres seulement 7 %. Du coup, l’empreinte carbone d’un habitant faisant partie, comme moi, du 1 % le plus riche est 100 fois plus élevée que celle des 50 % les plus pauvres. Valable au niveau mondial, cette analyse l’est aussi à l’échelle d’un pays comme la France. L’empreinte du 1 % le plus riche des français, dont je fais partie, était, sur la période analysée, 13 fois plus importante que celle des 50 % les plus pauvres.





Diffusion lundi 8 mars 2021 - 10h40 / 17h40


Y.Desrichard