Les représentations du sport dans la sculpture et la céramique grecques

Les mercredis de l'Antiquité / culture / 21/02/2019

La pratique sportive constitue un élément central de la civilisation grecque. dans le cadre de la cité, le sport fait en effet partie intégrante d’un système éducatif prenant en compte le corps autant que l’esprit. C’est aussi l’un des terrains privilégiés du principe de compétition si cher aux Grecs : l’agôn.


Dans le cadre de concours organisés au premier chef en l’honneur des dieux, les épreuves sportives permettent ainsi à chacun de se dépasser dans le cadre de confrontations dont les règles sont toujours précisément codifiées. Très tôt, dès le Vi e s. av. J.-C., les artistes, sculpteurs, bronziers et peintres sur vase, s’emparent de ce sujet pour figurer des athlètes en pleine action ou au repos. si ces productions artistiques, soumises à des codes de représentation qui leur sont propres, ne sont pas toujours le reflet exact de la manière dont les athlètes pratiquaient leur discipline, elles permettent bien d’appréhender la grande variété des sports en Grèce. Elles forment aussi un terrain d’étude privilégié pour transcrire dans le marbre, le bronze ou l’argile l’anatomie des athlètes et les corps en mouvement.


Le discobole de myron aujourd’hui encore est l’un des exemples parmi les plus emblématiques.




Ludovic Laugier, Conservateur du patrimoine, Antiquités grecques, étrusques et romaines, Musée du Louvre, vous propose cette conférence mercredi 20 février 2019 – 18h30, auditorium du Musée Fabre de Montpellier.


Diffusion sur Divergence fm, jeudi 21 février 2019 - 20h30
Rediffusion dimanche 24 février 2019 - 14h00