400 ans sans Molière, pardon avec !

Les Chroniques d'Olivier Nottale / société / 24/01/2022

Depuis le 15 janvier, le monde de la culture et bien au-delà célèbre le plus contemporain des auteurs classiques : Molière.



À la comédie française, on l’appelle  « le Patron », et ils parlent, pour la salle Richelieu, située au Palais-Royal, de « sa maison ». Pour Éric Ruf, administrateur général de la Comédie-Française depuis 2014, qui signe l’éditorial de présentation de la saison, Molière revêt « mille visages et mille théâtres ».


Ces chemins se croiseront le 15 janvier 2022, jour anniversaire du baptême de Jean-Baptiste Poquelin (15 janvier 1622) :


Que nous reste-t-il de cet homme et surtout de son œuvre ? À l’aube de 2022, année d’élection principale, nous aurons l’occasion de penser à Dom Juan, au Misanthrope, aux Précieuses ridicules, à L’Avare, aux Les Fourberies de Scapin, au  Bourgeois Gentilhomme entre autres pièces d’une actualité criantes !
Je vous laisse le choix de vos pièces et des rôles principaux il y a de tout dans le casting présidentiel 2022.



On s’amuse sans s’en étonner d’apprendre que la majorité des Français connaissent le nom de Molière sans précisément savoir qui il fut. Certes, cela est un progrès par rapport au XIXe siècle où l’on avait presque oublié qu’il avait existé ! Rappelons-nous que Musset ­était seul au Théâtre-Français. ­Aujourd’hui, le Théâtre-Français est plein, et Christian Hecq y triomphe dans un somptueux Monsieur Jourdain.



Molière est donc revenu à la mémoire du peuple. Molière connaît le succès pour la première fois quand il joue une pièce devant le roi Louis XIV (Le Docteur amoureux). Le roi l’apprécie beaucoup. En 1659, sa première grande comédie, Les Précieuses ridicules, est applaudie et ses pièces suivantes connaissent beaucoup le succès, mais aussi la critique.



Quelques citations, vous verrez c’est moderne !


L’hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus - Dom Juan (1665) et encore


Tous les discours n’avancent point les choses : Il faut faire et non pas dire.


Le plus souvent l’apparence déçoit, il ne faut pas toujours juger sur ce qu’on voit.


Le Tartuffe (1664)  toujours Le Tartuffe :

Les langues ont toujours du venin à répandre.



Le chemin est long du projet à la chose...




(à suivre...) lundi 24 janvier 2022 - 10h20 / 17h15



O.Nottale