Bréxit, un polar soft ou hard ?

Les chroniques d Olivier Nottale / société / 18/03/2019

Pour le divorce prévu le 29 mars la petite Britannique, n’arrive toujours pas à se décider sur le film.
Comme dans les pornos ce sera soft ou hard.
Pire le divorce n’est même pas encore prononcé qu’il serait question de se remarier !
Le Brexit dans l’impasse et accessoirement Térésa May la mère de la future ex-fiancée pas encore divorcée est en sursis.
 
Les politiques britanniques sont toujours aussi divisés, c’est le moins que l’on puisse dire. Les oncles les tantes et les grands-parents de la petite Anglaise n’arrêtent pas de lui dire de faire tout et surtout son contraire !
Bon revenons à la famille britannique la plus déchirée du moment la Chambre des communes ressemble de plus en plus à un champ de bataille.
« L’accord sur le Brexit laborieusement négocié avec Bruxelles depuis deux ans est mort, et Theresa May, qui l’a conclu, n’est, politiquement, guère en meilleur état. L’ampleur du rejet de ce texte par les députés britanniques, mardi 12 mars au soir, a le mérite de la clarté : 391 l’ont rejeté tandis que seuls 242 l’ont approuvé ; par ailleurs, 75 des 314 élus conservateurs ont défié leur Première ministre. »
Ecrit Philippe Bernard pour le quotidien Le Monde cette semaine.
Cependant, ce rejet du « hard Brexit » a été voté d’extrême justesse (312 députés pour le rejet et 308 contre) ce qui laisserait à penser que les députés britanniques ont moins peur du hard que du soft. Il est vrai que dans cette chambre les affaires de mœurs ont toujours étaient légions !
J’ai l’impression que nous les Européens nous sommes en train de nous faire rouler dans la farine à pies et le pudding indigeste…




(à suivre…) Lundi 18 mars 2019 - 10h20 / 17h15


O.Nottale