Surtout, on ne change pas une équipe qui perd !

3 minutes chrono / société / 15/02/2019

« Brunel et le staff des Bleus en accusation après le naufrage du XV de France à Twickenham » titre le quotidien Ouest France dans son édition du mardi 12 février.
« Après la déroute du XV de France à Twickenham face à l’Angleterre (44-8), lors de la 2e journée du Tournoi des 6 Nations, on cherche toujours des explications à ce naufrage. Les joueurs, eux, ne veulent visiblement pas endosser seuls la responsabilité. À demi-mot, ils chargent le staff, qui est loin d’être blanc.
À commencer par la composition de l’équipe dont les Anglais se sont délectés, mettant à mal un fond de terrain fantomatique.
Tôt ou tard, cela devait arriver. Comme par le passé et comme nous l’évoquions dès dimanche après le match, des fissures font surface  au sein du XV de France, entre certains joueurs et le staff. Ce dernier porte en effet une grosse part de responsabilité. Et visiblement, les joueurs n’ont pas envie d’endosser seuls la responsabilité du naufrage de Twickenham lors du Tournoi des 6 Nations. »
En effet, la faute originelle réside dans la composition de ce XV de France. Le fond de terrain relève du bricolage. Nous le soulignions dès son analyse : mettre quatre centres dans la ligne de trois-quarts, dont deux aux ailes et un ailier à l’arrière. Pas étonnant qu’Eddie Jones et son staff aient exploité cette faille.
Mais je vous rassure on ne change pas une équipe ni des entraineurs ne des dirigeants qui perdent enfin ceux-là !
Comme si de rien n’était…
Trois jours après le naufrage à Twickenham, Brunel a convoqué les 31 mêmes joueurs pour l’Écosse.
Pendant ce temps le jour de la St Valentin mercredi 13 février on apprend dans le journal l’Équipe que pour la FFR ce sera peut-être une très chère Saint-Valentin.
En effet, l’ancien sélectionneur des Bleus retrouve la FFR ce jeudi 14 février aux prud’hommes de Toulouse avec la ferme intention de faire…





(à suivre…) Vendredi 15 février 2019 - 10h20 / 17h15


O.Nottale