Annie Girardot, icône et monument du cinéma français

24 notes/seconde / musique / 14/02/2019

Née en 1931 à Paris, Annie Girardot aura incarné pendant plusieurs décennies, avec éclat et misère, le cinéma français populaire. Née de père inconnu (il meurt deux ans après sa naissance sans l’avoir reconnue), elle tente sa chance au conservatoire de la rue Blanche dès 1949, puis au conservatoire national supérieur d’art dramatique, ce qui lui permet d’être engagée dès 1954 à la Comédie-française. Cependant, et même si elle continuera à jouer à de très nombreuses reprises au théâtre, elle ne s’y sent pas à l’aise, et démissionne pour faire carrière au cinéma.


Après des débuts dans des films mineurs (notamment « Maigret tend un piège », avec Jean Gabin), elle est engagée par Visconti, qui l’a vue au théâtre, dans « Rocco et ses frères » (musique de Nino Rota), magistrale fresque où elle joue, entre autres, aux côtés d’Alain Delon, lui aussi débutant. Dès lors, elle n’arrête pas de tourner, enchaînant le plus souvent de gros films populaires sous la direction de réalisateurs plus (« Vivre pour vivre » de Claude Lelouch, musique de Francis Lai) ou moins (« La zizanie » de Claude Zidi, musique de Claude Bolling) inspirés.


Sa fin de carrière sera assombrie par la maladie et, après avoir joué dans 122 films, 54 téléfilms et une quarantaine de pièces de théâtre, Annie Girardot s’éteint, toujours à Paris, le 28 février 2011.



Diffusion mercredi 13 février 2019 - 18h30
Rediffusion jeudi 14 février 2019 - 12h30


Animation Y.Desrichard
Réalisation B.Bertrand