Le Bras du Boxeur de Narbonne

Les mercredis de l'Antiquité / culture / 18/10/2018

La boxe, que l’on peut considérer comme le sport favori du monde étrusco-romain, provient d’anciennes disciplines dont on retrouve des traces en égypte et en mésopotamie. elle devient discipline olympique en 688 av. J.-C. Onomastos de smyrne en fut, d’après philostrate, le premier vainqueur.

Les romains se l’approprient en 366 av. J.-C. des évolutions s’opèrent sans cesse. Nous allons ici nous intéresser plus précisément au pugilat. Il est bien identifié et a fait maintes fois l’objet d’expérimentations. Si cette discipline se retrouve dans toutes ces civilisations anciennes, il semble probable qu’elle n’a pas partout la même fonction et la même origine. Cette question historique n’a pas de véritable influence sur l’expérimentation et les techniques du pugilat antique. Les données expérimentales sont univoques : la gestuelle est relativement identique pendant des siècles. nous verrons comment les découvertes narbonnaises s’inscrivent dans cette continuité et ferons la comparaison avec le bras de pugiliste d’Autun.

Nous verrons aussi comment les découvertes de Vindolanda ont confirmé les expérimentations et éclairent les élé-
ments iconographiques. Pour finir nous présenterons différents types d’himantes reconstituées et la gestuelle et comment tout cela donne une vision plus précise de certaines données archéologiques ou de certains textes.



Brice Lopez, ACTA combats historiques, et Corinne Sanchez, Chargée de recherche au CNRS, vous proposent cette conférence mercredi 17 octobre 2018 – 18h30, auditorium du Musée Fabre de Montpellier.

Conférence en partenariat avec le site archéologique Lattara – Musée Henri Prades.



Diffusion sur Divergence fm, jeudi 18 octobre 2018 - 20h00
Rediffusion dimanche 21 octobre 2018 - 14h00


Crédit photo reconstitution d’un combat. © ACtA