Le pape, la curie, les marchés financiers... et moi

Prends l oseille et tire toi / société / 08/10/2018

Réjouissez-vous mes frères, car aujourd’hui, allez louia et, je dirais même plus alleeez louia… Euh, pardon, je m’égare un peu, mais c’est que la nouvelle du jour, pour ceux et celles qui, comme moi, vomissent les marchés financiers, les boursicoteurs, les traders et autres sociétés de capital-risque, est, comment dire, un peu ébouriffante.


Dieu, pour ceux et celles qui croient qu’il (ou elle, allez savoir) existe, Dieu est de notre côté. Enfin, presque. Le pape, c’est-à-dire, je vous le rappelle, le successeur de Saint-Pierre au Vatican, est de notre côté. Même qu’il l’a écrit, noir sur blanc, dans Oecomicae et pecuniariae quaestiones, si si, je vous jure que ça s’écrit comme ça, vu que le pape écrit, et peut-être même parle, en latin. En français, ça donne quelque chose comme Considérations pour un discernement éthique sur certains aspects du système économique et financier actuel, qui vous a comme qui dirait un petit côté langue de bois certes bien contemporain, mais pas aussi glamour ni précis que le latin, puisque, je vous le rappelle ou je vous l’apprends, « Oeconomicae et pecuniariae quaestiones », ça veut dire en gros « Questions économiques et financières » et que, aux questions, les réponses qu’apporte la Curie romaine, sorte de direction des affaires générales et financières du Pape, apporte des réponses plutôt salées.



Diffusion lundi 8 octobre 2018 - 10h40 / 17h40


Y.Desrichard