Combien de grosses coupures peut-on faire rentrer dans une petite valise diplomatique ?

3 minutes chrono / société / 13/04/2018

Le président de la Fédération internationale de biathlon, Anders Besseberg a démissionné sans nous donner la réponse au jeu de la valise.
Le Norvégien est accusé d’avoir protégé des athlètes russes dopés, comme le révélait « Le Monde » mercredi, s’appuyant sur un rapport confidentiel de l’AMA.
Président de la Fédération internationale de biathlon (IBU) depuis sa création, en 1993, le Norvégien Anders Besseberg, 72 ans, a démissionné jeudi 12 avril de ses fonctions. Une démission le temps de l’enquête en cours, indique le communiqué de l’IBU.
Le Monde révélait mercredi que M. Besseberg, ainsi que la secrétaire générale de l’IBU, l’Allemande Nicole Resch, sont soupçonnés de corruption. Selon un rapport confidentiel de l’Agence mondiale antidopage (AMA), M. Besseberg et Mme Resch (provisoirement suspendue de ses fonctions) auraient protégé des biathlètes russes dans des cas de dopage à la demande d’Alexandre Tikhonov, vice-président (russe) de l’IBU et Alexandre Kravtsov, chef de mission de la Russie pour les Jeux olympiques de Sotchi en 2014.
  • Besseberg aurait reçu en 2013 une valise diplomatique remplie de grosses coupures. C’est ce que montre le rapport confidentiel auquel Grigory Rodchenkov, ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou devenu lanceur d’alerte depuis les Etats-Unis, a collaboré. Ce dernier estime que la dite valise contenait 400 000 dollars.
 
« Le but premier de la corruption est de protéger les athlètes russes dopés, écrit l’AMA cité dans Le Monde. La Russie a ciblé avec succès…(à suivre…)



Diffusion vendredi 13 avril 2018 - 17h15


O.Nottale