Miss Maggie (Renaud, 1985)

Sous les chansons l histoire / musique / 20/03/2018

L’élection de M. Macron à la présidence de la république le14 mai 2018 consacre l’orientation ultralibérale et financière de la politique gouvernementale. A tel point que ses détracteurs l’ont comparé, dans son idéologie, à Margaret Tatcher… En 1985, Renaud épinglait justement celle que l’on a surnommé la « Dame de Fer » dans une chanson intitulée Miss Maggie, publiée sur l’album Mistral Gagnant. Celle qui fut Premier ministre du Royaume-Uni entre 1979 et 1990 incarne le tournant ultralibéral des années 80, avec son pendant américain, le président Ronald Reagan. A la tête du parti conservateur en 1975, Tatcher profite de la crise pétrolière et des difficultés économiques du pays pour promouvoir une politique à la fois conservatrice politiquement et libérale économiquement. Ses années en tant que chef du gouvernement témoignent de l’extrême dureté du personnage.

En 1981, Bobby Sands et d’autres militants irlandais emprisonnés entament une grève de la faim pour revendiquer le statut de prisonniers politiques. Malgré la mort de dix d’entre eux, dont Bobby Sands lui-même, elle se montre inflexible. En 1982, les îles Malouines, britanniques, sont occupées par l’armée argentine : c’est la guerre des Malouines, dont le Royaume-Uni, qui connaît quand même 293 pertes, sort vainqueur en trois semaines. Elle remercie publiquement le soutien du dictateur chilien Augusto Pinochet dans ce conflit… En 1985, elle demeure insensible aux revendications des mineurs qui ont pourtant menée une grève de près d’un an sans n’avoir rien obtenu.

Si la chanson de Renaud est une critique de Tatcher, elle est également une chanson féministe. En effet, il l’écrit suite au drame du Heysel survenu le 29 mai 1985 à Bruxelles, lorsque des affrontements entre supporters de football anglais et italiens ont provoqué la mort de près de quarante personnes. Dégoûté par ce genre de comportement hooligan qu’il considère typiquement masculin, Renaud décide de rendre hommage aux femmes tout en égratignant la Dame de Fer. Il estime en effet que la violence de sa politique est indigne d’une femme dont on pourrait attendre plus d’humanité mais qui préfère adopter une attitude viriliste de domination et d’oppression sans pitié.

La chanson a crée une petite polémique lors de sa sortie notamment de la part de certains tabloïds relançant alors de traditionnelles rengaines francophobes. Encore récemment, lors de la mort de Tatcher le 8 avril 2013, le réseau France Bleu a interdit la diffusion de la chanson sur son antenne. Le même jour, le réalisateur anglais Ken Loach n’hésite pas à lui rendre publiquement cet hommage : « Margaret Tatcher fut le premier ministre le plus diviseur et destructeur des temps modernes : chômage de masse, fermeture d’usines, des communautés détruites, voilà son héritage. Elle était une combattante et son ennemi était la classe ouvrière britannique. […] Souvenez-vous qu’elle a qualifié Mandela de terroriste et qu’elle a pris le thé avec Pinochet, ce tortionnaire assassin. Comment lui rendre hommage ? En privatisant ses obsèques. Faisons jouer la concurrence et allons au moins offrant. C’est ce qu’elle aurait fait. ». Peut-être partage-t-il avec Renaud cette envie pressante lorsque celui-ci chante : « Moi je me changerai en chien / Si je peux rester sur la Terre / Et comme réverbère quotidien / Je m’offrirai Madame Tatcher. ».



Diffusion vendredi 23 mars 2018 - 10h40 / 17h40


C.Pereira