Nena

Sous les chansons l histoire / musique / 03/03/2017

Convenons-en, il y a certaines langues qui, musicalement, ne sonnent pas très agréablement à nos oreilles de locuteurs latins. Prenons, à tout hasard, l’allemand ! Ils sont peu nombreux, les tubes, en langue germanique, qui nous reviendraient, comme ça, en tête, et dont le refrain ne nous quitterait plus. Mais il y en a, oui, et je pense à « 99 Luftballons », du groupe Nena, sorti en 1983.Un avantage et un inconvénient à cette chanson. L’avantage est que la mélodie est accrocheuse, même en allemand, et le refrain, bien qu’imprononçable, reste dans la tête. Les ventes parlent d’elles-même, 25 millions à travers le monde. L’inconvénient, c’est que peu de monde parlant allemand, le sens de la chanson nous demeure caché. Par sa légèreté, on pourrait penser à un sujet frivole... Et pourtant, la chanson est foncièrement ancrée dans son temps et se révèle plus engagée qu’il n’y paraît.

Nous sommes, donc, en 1983, en pleine guerre froide, et l’ambiance est tendue puisque c’est la crise des euromissiles. D’un coté, l’URSS installe des missiles qui peuvent atteindre des pays hors du Bloc de l’Est. En réponse, les États-Unis font de même en Allemagne de l’Ouest contre l’URSS. La crise ne se terminera qu’en 1987. En mars 1983, Ronald Reagan avait d’ailleurs lancé le fameux programme « Guerre des étoiles » pour développer une défense anti-missiles sur le territoire américain. Il qualifie alors l’URSS d’ « Empire du mal ». La même année, les États-Unis sont également actifs au Nicaragua. La CIA y soutient les « Contras » contre le gouvernement socialiste en place. Ils soutiennent militairement aussi le gouvernement du voisin Salvador contre le Front Farabundo Marti de libération nationale, soutenu lui par Cuba et le Nicaragua. Rien d’étonnant à tout ça. Nous sommes en pleine guerre froide, on l’a dit ! Un peu plus au sud, en Argentine, Raul Alfonsin est élu président de la république et rétablit la démocratie après la dictature de Videla. Au Proche-Orient, cette fois-ci, en pleine guerre Liban-Irak l’ambassade américaine de Beyrouth est attaquée par l’Organisation du Jihad Islamique. Bilan, 63 morts et 120 blessés. En Europe, en juin, le Pape Jean-Paul II est en voyage officiel en Pologne... C’est une façon déguisée d’ouvrir une brèche occidentale dans le bloc de l’Est. Le 5 octobre, Lech Walesa, fondateur du mouvement Solidarnosc en Pologne, obtient le prix Nobel de la Paix.

Dans ce contexte d’une Europe coincée entre les deux blocs qui s’affrontent dans la guerre froide et d’une Allemagne séparée en deux par un mur, il est certainement plus facile de comprendre la chanson de Nena. Le morceau nous conte l’histoire de 99 ballons flottant dans le ciel et qui sont repérés comme une attaque par les forces militaires. La neutralisation des ballons provoque une explosion destructrice de la planète. Il s’agit donc d’une chanson engagée contre la Guerre froide et l’absurdité de la course à l’armement. Le dernier couplet conclut :

« 99 années de guerre, Aucune place pour les vainqueurs,

Plus de ministre de la guerre et dans le ciel plus un chasseur,

Aujourd’hui je fais mes rondes, y a plus que des ruines dans le monde

Sauf un ballon que j’ai trouvé, pour toi je le laisse s’envoler. »


Diffusion : vendredi 3 mars - 18h15

Animateur : Christopher Peirera