Pas de justice pas de paix (La Rumeur, 1999)

Sous les chansons l histoire / musique / 24/02/2017

Le groupe La Rumeur débute en 1997 et se démarque par un hip-hop hardcore aux textes profondément subversifs et une démarche non-commerciale, refusant de se formater pour passer sur les ondes. Avec un son lourd et noir, ils nous scandent des textes engagés et intelligents en dénonçant, sans langue de bois, les injustices. Ce qui leur a d’ailleurs valu d’être poursuivis en justice, en 2002, par le Ministère de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, pour diffamation publique envers la Police Nationale. Le groupe sera finalement relaxé en 2010 malgré un acharnement saisissant de l’institution.
Déjà, en 1999, La Rumeur dénonce les violences et les bavures de la police dans le morceau qui nous concerne aujourd’hui : « Pas de justice, pas de paix ». 1999, un hasard ? Je ne sais pas, mais, cette même année, la France est jugée coupable par la Cour Européenne des Droits de l’Homme au sujet de l’affaire Selmouni. Le 25 novembre 1991, Ahmed Selmouni est en garde à vue en Seine-Saint-Denis pour trafic de stupéfiants. Il a été frappé et violé avec une batte de base-ball. Coups, viol en garde-à-vue… C’est d’actualité, justement… Ou est-ce une habitude ? Il y a certes eu condamnation des policiers coupables mais ils n’ont eu, au final, que du sursis et 3 mois fermes pour le chef. Pour vous montrer que ce n’est pas un phénomène nouveau, rien de mieux qu’une série de dates et de bavures policières tristement célèbres :
- Le massacre du 17 octobre 1961, ordonné par le préfet Maurice Papon, à Paris, contre une manifestation d’Algériens. Plusieurs centaines de blessés et un nombre indéterminés de morts (entre plusieurs dizaines et deux cents).
- 10 juin 1962, l’affaire de la station du métro Charonne, manifestation pacifiste qui se termine avec 9 morts.
- 29 mai 1971, le journaliste Alain Jaubert meurt, victime d’un passage à tabac par la police, alors qu’il voulait accompagner une personne emmenée au commissariat.
- 10 octobre 1980 : Louahri Ben Mohamed, 17 ans, est abattu par balle à Marseille lors d’un contrôle de routine. Condamnation : 10 mois de prison, dont 4 avec sursis.
- 6 décembre 1986 : Malik Oussekine décède après avoir été frappé par deux policiers. Condamnation : sursis.
- 6 avril 1993 : Majomé M’Bowolé, 17 ans, est tué d’une balle dans l’oeil à bout portant pendant sa garde à vue. Condamnation : 8 ans. L’affaire a inspiré le film La Haine.
- 27 octobre 2005 à Clichy-sous-bois, Zyed Benna, 17 ans et Bouna Traoré, 15 ans, meurent électrocutés à l’intérieur d’un poste électrique alors qu’ils sont poursuivis par la police. Verdict : relaxe définitive.
- 25 octobre 2014, au barrage de Sivens, le jeune Rémi Fraisse est tué par une grenade offensive.
- 19 juillet 2016, Adama Traoré décède lors de son interpellation.
- 2 février 2017, à Aulnay-sous-bois, Théo, 22 ans, est tabassé et violé avec une matraque. Affaire en cours.
La France a été condamnée à ce sujet par la Cour européenne des Droits de l’Homme en 1992, 1999 et 2004.
On n’empêchera jamais les bavures, le violences, la connerie humaine. Le débat est ailleurs. Il est dans la justice qui doit être la même pour tous. Si la police n’est pas exemplaire, la justice se doit de l’être. C’est une question de paix sociale. « Pas de justice, pas de paix ».


Diffusion : Vendredi 24 février - 18h45

Animateur : Christopher Pereira