Pour une histoire des possibles

Agora des savoirs / culture / 23/11/2016

Pour une histoire des possibles : analyses contrefactuelles et futurs non advenus

Et si l’histoire, ou la vie, avait suivi un autre cours ? Ce que l’on appelle le raisonnement contrefactuel surgit spontanément dans les conversations pour nourrir des hypothèses sur les potentialités du passé et les futurs non advenus. Il traverse la littérature, les réflexions politiques et toutes sortes de divertissements. Que serait-il advenu si le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Napoléon avait remporté la bataille de Waterloo ?
Avec Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou a mené l’enquête au sein d’une vaste littérature pour saisir la diversité des usages de l’analyse contrefactuelle – des fictions uchroniques les plus loufoques aux hypothèses les plus sérieuses. Les deux chercheurs s’attachent à cerner précisément les conditions d’un usage légitime et pertinent pour les sciences sociales, repensant les enjeux de la causalité et de la vérité, des rapports entre histoire et fiction, entre déterminisme et contingence. L’enquête dévoile peu à peu la richesse d’un travail sur les possibles du passé, et ouvre sur des expérimentations dans le domaine de la recherche comme de l’enseignement. Une réflexion ambitieuse et novatrice sur l’écriture de l’histoire, sa définition et sa mise en partage.
Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur à l’UMR SIRICE et membre de l’Institut Universitaire de France, Pierre Singaravélou a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire du fait colonial aux XIXe et XXe siècles, et édité au Seuil Les Empires coloniaux, XIXe-XXe siècle (« Points Histoire », 2013). Il dirige les publications de la Sorbonne et le Centre d’histoire de l’Asie contemporaine. Il a publié, avec Quentin Deluermoz, Pour une histoire des possibles, analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Seuil, 2016.

Diffusion : Mercredi 23 novembre - 20h30
Rediffusion : Samedi 26 novembre - 14h