C’est comment, l’Afghanistan des Talibans ?

Les Chroniques d'Olivier Nottale / société / 31/01/2022

En Afghanistan, la faim provoque le chaos écrivent Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi pour Médiapart, article récent  daté du 23 janvier 2022.

La crise alimentaire est dramatique en Afghanistan. À Hérat, ce dimanche, une foule affamée a dépassé les autorités talibanes. Le désespoir est tel que des familles n’hésitent pas à vendre leurs fillettes en mariage pour ne pas mourir de faim.

Si vous ne voulez pas entendre, vous pouvez tourner le bouton de cette radio associative, sinon et bien accrochez-vous !

« Nous n’avons rien à manger. J’ai dû vendre ma petite fille pour 30 000 afghanis [environ 250 euros – ndlr]. » Sortie de la foule comme d’un combat, le hijab déchiré, le visage griffé, une mère hurle sa détresse. D’autres, derrière elles, sont toujours prisonnières de la mêlée. Enveloppées dans des burqas bleues ou des niqabs noirs, plusieurs trébuchent, s’évanouissent. Des enfants pleurent. Des hommes en viennent aux mains. Des corps au sol sont piétinés.

La population afghane est prête à mourir pour manger. Plus d’un millier de personnes ont forcé dimanche 23 janvier les grilles de l’administration à Hérat pour implorer les talibans de leur venir en aide pour survivre cet hiver. Un impressionnant mouvement de foule qui a provoqué plusieurs blessés. Ni les tirs de sommation, ni les coups sur la tête à la kalachnikov des talibans n’ont réussi à faire reculer ces déplacé·es internes, essentiellement des mères de familles.

« On subit beaucoup trop de sanctions. 97 % des Afghans ont besoin d’aide mais nous n’avons pas les moyens de les aider. Pour 100 personnes dans le besoin, nous avons de quoi en aider seulement 10 », confiait à Mediapart deux heures plus tôt le responsable taliban dans son bureau…





(à suivre…)lundi 31 janvier 2022 - 10h 20 / 17h40



O.Nottale